voila le texte intégral transmis à Ouest France pour publication dans Rennes Forum.

 

Un crematorium pour rennes métropole.

L'association ARBRE s'interroge sur l'installation programmée d'un crematorium à Vern sur Seiche et des nuisances qui en découlent. En effet, il faut bien prendre conscience de l'impact sur la santé humaine et sur l'environnement de la crémation, rite funéraire en demande croissante.

Dans les rejets d'un crematorium on trouve (entre autres) : monoxyde de carbone, dioxyde de soufre, mono et dioxyde d'azote, acide chlorhydrique gazeux, particules diverses, dioxines, métaux lourds (mercure, plomb, cadmium...). Quels sont les risques pour la santé : maladies respiratoires, maladies de peau, maladies neurodégénératives (Parkinson, sclérose en plaque, Alzheimer...), autisme-ces dernières essentiellement dues au mercure-, cancers...Quels sont les risques pour l'environnement : pluies acides, pollution des eaux par ruissellement et infiltration après dissolution des rejets évacués dans l'air.

Sans nous prononcer sur la nécessité de cet équipement, nous nous interrogeons sur la méthode utilisée pour la mise en place de ce projet.

Sur le fond, la consultation du dossier soumis à l'enquête publique en mairie de Vern comporte des erreurs ( erreur d'échelle dans les cartes), des affirmations gratuites : « les poussières en elles-mêmes ne présentent pas de risques cancérigènes », des négligences ; « l'étude détaillée des risques liés aux dioxines émises par un crematorium n'a pas été réalisée ». Le principe de précaution est évacué : « substances préoccupantes mais pas de données suffisantes ». Notons aussi une insuffisance de prise en compte de l'impact des rejets en se limitant, dans l'étude, à un périmètre de 1200 mètres autour du four (cela rappelle le nuage de Tchernobyl qui s'était arrêté à la frontière...). Malheureusement, les vents transportent poussières et polluants beaucoup plus loin, et sera concernée toute cette zone à forte densité de population : Vern, Chantepie, Rennes, Cesson, Chartres ... comme le montre l'étude météorologique du dossier sur la fréquence des vents .

Sur la forme, vu l'importance des problèmes soulevés, on peut s'interroger sur la volonté d'informer réellement le citoyen. La consultation du site internet de Rennes Métropole sur ce dossier semble indiquer que tout est déjà décidé (début des travaux prévus en avril 2007 et livraison mai 2008). À quoi bon dans ce cas l'enquête d'utilité publique ?

À l'heure où la démocratie participative est à l'honneur, il eût été souhaitable d'organiser une consultation publique afin d'informer les citoyens, de prendre en compte leurs remarques dans le but de choisir la solution qui satisfasse le plus grand nombre, avec un minimum de nuisances pour un minimum de personnes. Par ailleurs, il existe des solutions techniques permettant de réduire l'émission des polluants (voir le crématorium de Strasbourg) ; de plus il faudrait adopter les normes des pays les plus exigeants en la matière. Certes ces exigences ont un coût, mais on ose espérer que notre Président de Rennes Métropole , ancien Ministre de la Santé, soit attentif à celle de ses administrés.

Les personnes intéressées par le sujet pourront consulter bientôt un dossier plus complet sur le blog de l'association ARBRE (www.assoarbre.canalblog.com) et donner leur avis circonstancié et constructif dans la rubrique commentaires.